En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant de vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et à nous aider dans la gestion de notre site.

Thomas & Piron

Et que l’étable devienne maison !

 

Ittre

 

Avant d’être entièrement rénovée (pour une partie), rasée et reconstruite (pour une autre partie), cette maison était une étable doublée d’une annexe pour les animaux. Après transformations, place à une habitation contemporaine, ouverte et lumineuse.

 

C’est l’histoire d’une maison métamorphosée… Difficile de croire, en effet, que cette habitation moderne abritait, il y a peu de temps encore, des chevaux…
Pour Vincent Caussin, l’architecte du projet, le challenge était de marier une grange existante à une extension contemporaine (dans une certaine mesure) et d’adapter le tout à une personne à mobilité réduite. « Bien que la nouvelle partie ne soit pas très large, elle semble spacieuse grâce à l’ouverture des pièces et la grande baie vitrée. »
Le développeur du projet, Sébastien Allard, met quant à lui l’accent sur l’intégration : « On a le sentiment que la bâtisse finie, telle qu’on la connaît aujourd’hui, a toujours été là… Pourtant, rien n’était évident car il fallait intégrer un ensemble de dispositifs utiles au confort d’une personne à mobilité réduite. Lorsque nous avons terminé les plans, nous les avons soumis à l’Apiq - l’Agence pour une vie de qualité - afin de vérifier que tout était conforme, mais aussi pour glaner quelques conseils supplémentaires… »

 

Une situation stratégique

La décision de transformer cet espace en logement n’a pas été immédiate pour les propriétaires. « Le but était de trouver un bien pour notre fille, qui se déplace en chaise roulante. Nous avons d’abord envisagé un appartement au rez-de-chaussée près de son lieu de travail, à Bruxelles, avec un petit jardin. Mais nous nous sommes rendu compte que certains aménagements seraient de toute façon nécessaires comme des rampes d’accès etc., ce qui compliquait la donne. C’est comme ça que nous avons décidé de transformer notre étable et son annexe en maison adaptée à son handicap, à plus forte raison que nous habitons juste à côté. »

 

IttreDeux volumes en un

Aujourd’hui, les deux bâtiments en enfilade présentent une longueur impressionnante : environ 25 mètres. L’ensemble du rez-de-chaussée abrite les appartements de la jeune femme à mobilité réduite (pièce de vie ouverte, buanderie, salle d’eau, chambre, dressing et coin bureau). L’étage (dans l’ancienne étable) accueille quant à lui un vaste espace qui pourrait à terme être transformé en studio. « Nous avons également prévu un ascenseur qui arriverait à cet endroit pour que ma fille puisse y accéder », note la propriétaire. Signalons également que l’ancien pigeonnier, à l’étage, s’est mué en débarras.
Le premier édifice (qui abritait l’étable) a de son côté été rénové de fond en comble. Les murs et ouvertures ont toutefois été sauvegardés. « Nous avons sablé et rejointoyé la façade, remplacé le toit, les fenêtres et portes. Le bâtiment a également été isolé par l’intérieur. »
L’annexe, quant à elle, qui abritait à l’époque de petits animaux, a été rasée. Une nouvelle bâtisse y a été reconstruite. L’esprit « ferme » y a été préservé avec une charpente en bois apparente et un espace sous plafond important (5-6 mètres de hauteur). Le tout est éclaboussé de lumière (avec une orientation au Sud-Ouest) grâce à de nombreux vitrages. Cet espace accueille la pièce principale (cuisine, salle à manger et salon ouverts). En prolongement, une petite terrasse couverte, surplombée d’une charpente en bois (en prolongation du salon) offre un cachet authentique.
« Pour moi, la réussite de ce projet est que nous ayons réussi à combiner les choix esthétiques des clients à l’aspect pratique, précise le conducteur de chantier Joël Lemur. Nous avons été très loin dans les détails techniques afin que la bâtisse soit confortable lorsqu’on se déplace en chaise roulante. Qu’il s’agisse de la hauteur des robinetteries ou des interrupteurs, ou des meubles suspendus par exemple… »

 

IttreUne maison sur mesures

Nous l’avons vu, la maison a été adaptée en profondeur à la vie en chaise roulante. De fait, elle recèle de nombreux aménagements spécifiques tels que :

  • Des portes coulissantes en verre qui s’ouvrent automatiquement grâce à des capteurs (entre la hall et la pièce de vie, et vers la chambre).
  • Des lampes qui s’allument grâce à des détecteurs de présence.
  • Des placards suspendus dans la cuisine, afin que la chaise roulante puisse se déplacer sans encombre et les pieds glisser sous les meubles.
  • Les placards hauts possèdent un système de coulisse vers le bas afin d’être facilement accessibles.
  • Un tiroir repose-plat à bonne hauteur a été installé dans la cuisine.
  • Le lave-vaisselle est situé en hauteur, et tous les tiroirs et armoires sont munis d’un système « push » pour une utilisation aisée.
  • Un WC situé en hauteur avec des barres d’appui.
  • Un lavabo fixé plus bas que la moyenne (à la bonne hauteur pour une chaise roulante) sans meuble au-dessous (pour pouvoir s’y mouvoir à l’aise) dans la salle de bains.
  • Des barres d’appui avec un pommeau orienté vers un siège dans la douche.
  • Des prises électriques placées plus bas pour un accès facile.
  • Des coulissants dans les parties hautes des placards du dressing (même système que dans la cuisine, glissant vers le bas).
  • Une rampe d’accès pour que la jeune femme puisse accéder à sa voiture seule en chaise roulante. La sortie entre la maison et l’extérieur est également dotée d’une pente spéciale.

 

Trucs et astuces

Outre les mesures liées au handicap, la maison compte d’autres éléments astucieux. Ainsi, dans la salle à manger, un rail d’électricité a été prévu dans la charpente de bois afin d’y installer des suspensions lumineuses juste au-dessus de la table. Celles-ci bénéficient de plusieurs ambiances lumineuses (intime ou plus fonctionnelle).

Dans la partie « nuit », le dressing sert de mur de séparation avec la chambre. L’autre côté de la cloison accueille un écran plat faisant face au lit.

 

Au fil du gris...

Le gris, très tendance, constitue un fil conducteur à travers la bâtisse... Qu'il s'agisse du crépi, des châssis ou des tuiles anthracite en façade... Ou encore des meubles de cuisine, des plans de travail, des carrelages au sol, et autres détails décoratifs. Cette couleur apaisante confère une petite touche contemporaine et zen au projet, qui a toutefois sur préserver son âme d'antan.

 

Ittre

Les lignes de force

  1. La lumière. La pièce de vie, exposée au Sud-Ouest, possède une hauteur sous plafond importante, avec des vitrages qui suivent le rythme de l’architecture. Sans oublier les bandeaux vitrés sur les côtés, la fenêtre de toit…
  2. La modularité du logement, son confort : portes larges, pièces ouvertes, circulation étudiée… Tout a été prévu pour que l’occupante se déplace aisément chez elle.
  3. Le mariage de l’authenticité (à travers des détails typiques, d’époque) et la modernité d’aujourd’hui.
  4. L’intégration du neuf par rapport au bâti existant.
  5. L’aspect loft. L’espace est en effet très ouvert et lumineux. L’ambiance y est apaisante, sereine, ressourçante…

Cinq questions aux propriétaires

  1. Pourquoi avoir fait appel à Thomas & Piron ?
    Au départ, nous avions contacté un architecte indépendant. Mais il avait une idée très précise et très contemporaine du projet. Ce n’était pas ce que nous voulions. Nous avons alors entendu parler – via un collègue - de Thomas & Piron. Nous ignorions jusque-là que la firme procédait également à des rénovations. Nous avons visité le site web, pris rendez-vous, et été conquis.

  2. Qu’est-ce qui vous séduit dans le clé-sur-porte ?
    La tranquillité ! De l’architecte qui griffonne son premier coup de crayon, au peintre qui donne son dernier coup de pinceau, on ne pense à rien ! De plus, nous ne devons pas nous soucier d’aspects techniques auxquels nous ne connaissons rien. Par exemple, pour l’étable, dans le cadre de la rénovation, nous devions isoler par l’intérieur. Pour le nouveau bâtiment, en revanche, c’était par l’extérieur. Nous n’étions bien-sûr pas au courant de cette spécificité… De plus, nous avions déjà un cahier des charges fort complexe en raison du handicap de notre fille, et il était donc bon de pouvoir s’appuyer sur une « épaule » rassurante.

  3. Que préférez-vous dans votre maison ?
    J’aime surtout le confort, la luminosité, et l’espace. Cela ne fait que quelques mois que j’y vis, et je m’y sens très bien (l’occupante).

  4. Si c’était à refaire ?
    D’un point de vue aménagement ou architecture, nous ne changerions rien… Tout a parfaitement été réfléchi en amont…

  5. Une anecdote ?
    Oui, il s’agit d’une vieille bâtisse, et lorsqu’on en remue les terres, des surprises sont possibles… Nous avons ainsi retrouvé un casque allemand datant de la guerre. Mais aussi découvert un espace inconnu à côté des caves, dont nous ignorions jusque-là l’existence. Il s’agissait à la base d’une fosse qui recueillait les excrément des animaux. Nous l’avons fait vidé et disposons dès lors d’un espace supplémentaire à côté de la cave.

 

En conclusions…

Une maison atypique dans son architecture (grâce à sa partie ancienne et sa partie neuve) mixant le charme d’autrefois au confort d’aujourd’hui dans une totale harmonie. De beaux espaces clairs, lumineux et ouverts, et des aménagements parfaitement adaptés à l’occupante des lieux. Une réussite !

 

Fiche technique

Architecte : Vincent Caussin
Date de construction : 2017
Orientation jardin : Sud-Ouest
Superficie habitable : 250 m2.
Pièces : une pièce de vie (avec cuisine, salle à manger et salon), une chambre, un dressing, une salle d’eau, un coin bureau, une buanderie, 2 WC, une « piste d’atterrissage » pour un ascenseur, un débarras, une terrasse couverte, un vaste espace à l’étage (à aménager).
Matériaux et techniques : deux petites citernes d’eau de pluie (il était impossible d’y amener une grande, d’un point de vue pratique), une chaudière au mazout, des carrelages de 40 X 40 cm anthracite au rez-de-chaussée et beiges à l’étage (escalier compris), châssis en aluminium blanc à l’intérieur et anthracite à l’extérieur, cuisine grise sans poignées à surface lisse, plans de travail en pierre, charpente rénovée dans l’ancienne étable, et charpente en bois neuve dans le nouveau bâtiment, portes en verre, fenêtres de toit en différents endroits, œil de bœuf à l’étage. A l’extérieur, les briques de l’ancienne étable ont été conservées (avec des soubassements, appuis de fenêtre etc. en pierre bleue). Un crépi gris orne la façade du bâtiment neuf. Toitures anthracite en tuiles.

mardi 27 mars 2018

Thomas & Piron, La Force d'un Team