En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies permettant de vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et à nous aider dans la gestion de notre site.

Thomas & Piron

Tout l'art de faire du neuf avec de l'ancien

Localité : Luxembourg

Architecte : BA LUX

Cette rénovation a transformé une ancienne grange luxembourgeoise en demeure contemporaine. Traits particuliers : l’alliage subtil des matériaux bruts et un jeu de transparences ciblé via des ouvertures vitrées XXL.

Les maîtres d’ouvrage ont acquis une ancienne ferme (avec corps de logis et grange) il y a sept ans. « Nous avons commencé par rénover la maison, afin d’y créer notre foyer, note Madame. Nous avions alors confié la rénovation à Thomas & Piron. Comme nous avions été très satisfaits, nous avons décidé de refaire appel à eux pour la phase 2 du projet : la réhabilitation de la grange ». Une heureuse décision au vu du résultat : lignes graphiques, souci du détail et espaces optimisés caractérisent en effet cette rénovation. Sans oublier l’espace et la lumière, et cette inimitable touche de charme apportée par les matériaux d’antan : poutres en bois et murs de pierre, pour une ambiance infiniment cosy.

 

Un volume optimisé

Haute de 13 mètres, l’ancienne grange n’a rien conservé de sa structure de base, hormis la toiture et les murs. « Tout était à refaire, à imaginer et à créer. Mais nous savions exactement ce que nous voulions : optimiser l’espace tout en conservant le volume initial, dans un esprit loft. Nous désirions également deux ou trois chambres. Il aurait été beaucoup plus facile de segmenter l’espace en plusieurs étages, vu la hauteur du bâtiment. Mais là n’était pas notre but ». Deuxième contrainte : les propriétaires souhaitaient que les niveaux soient parfaitement raccord avec leur maison, cette dernière jouxtant directement la grange. « Une double porte sépare les deux habitations. Je craignais que les sols des deux logements ne soient pas complètement de même hauteur, étant donné que l’étage était crée de toutes pièces dans la grange. Finalement, ce défi a été relevé avec brio, au millimètre près ! ». Troisième challenge technique : les « cubes ». « Je voulais deux chambres pareilles à des boîtes à chaussures suspendues, note la maîtresse des lieux. TP Rénovation m’a exaucée ! ».

 

La valse des matériaux naturels

Si presque toutes les poutres ont été éliminées - parce que mal placées ou abîmées - les maîtres d’oeuvre en ont conservé les plus belles, pour leur cachet inimitable. « Nous avons gardé celles du salon et de la chambre principale, car elles ne gênaient pas la circulation et apportaient un plus visuel ». Le bois est également présent au sol, via de larges lames en chêne de 30 cm et plusieurs pièces de mobilier. Un matériau qui s’accorde parfaitement aux murs de pierre d’origine, qui signent la bâtisse. « Nous aurions aimé conserver au moins une cloison de pierre par pièce mais, là aussi, nous avons sélectionné les plus esthétiques. En effet, nombre d’entre elles présentaient des trous, ou avaient été mal réparées par le passé ». Afin de soutenir le toit, une nouvelle – et immense - ferme métallique a été installée. Peinte en gris anthracite métallisé, elle a été livrée par la toiture. Le métal est également présent à travers le conduit de cheminée, qui zigzague à travers l’habitation, tel un serpent espiègle. Enfin, le verre est abondamment représenté dans l’habitation, que ce soit via les garde-corps de l’escalier, ou les vitrages intérieurs.

 

Un jeu de transparence

L’un des points forts de la rénovation tient à sa circulation : complètement ouverte, la bâtisse peut aussi être intimisée sur-mesure. En effet, de nombreuses baies vitrées intérieures (en plus des extérieures) font communiquer les espaces, alors que des stores permettent de les isoler à l’envi. Au rez-de-chaussée, le boudoir (avec sa cassette au bois) a été séparé du salon télé par une grande baie vitrée. « Nous n’avions pas la possibilité de créer une fenêtre dans la pièce à cause des voisins, explique Madame. Grâce à cette astuce, elle est également inondée de lumière ». Un réel avantage pour cet espace qui sert aussi de chambre. A l’étage, la cuisine possède une fenêtre intérieure, donnant sur la hall d’entrée, tandis que les garde-corps vitrés préservent la vue d’un bout à l’autre de la bâtisse. Ajoutons que l’une des « boîtes », abritant la chambre, est entièrement vitrée vers le salon.

 

Le grand appelle le grand

Se distinguant par de vastes volumes ouverts (13 mètres de hauteur du sol au toit et 250 m2 habitables), le bâtiment développe une ampleur inhabituelle. « Pour cette raison, nous avons opté pour de grandes pièces de mobilier ou de décoration. Notamment des carrelages d’un mètre carré et des lames de parquet de 30 cm de largeur. Dans le salon télé, nous avons également placé un lit de 3,60 m (en deux parties), qui semble malgré tout minuscule par rapport aux dimensions de la pièce. Et dans le boudoir, nous avons installé une plaque de pierre bleue sous la cassette de bois. Nous pensions qu’elle serait suffisamment grande, mais en fait, elle est un peu limite. D’une façon générale, les éléments de taille réduite semblent perdus dans un volume aussi important », conclut Madame.

 

6 questions aux propriétaires

1. Connaissiez-vous Thomas & Piron avant de rénover avec eux ?
En fait, il s’agissait de notre troisième projet avec TP Rénovation ! Il y a dix ans, nous avions acheté une ancienne menuiserie dont nous souhaitions conserver les murs de pierre, d’origine. Nous avions confié cette tâche à TP Rénovation. Le résultat avait été très réussi. Nous avions d’ailleurs revendu très vite et très bien ce bâtiment. La deuxième fois, il s’agissait de la restauration du corps de logis de la ferme. Et comme nous avions à nouveau été satisfaits, nous avons décidé de poursuivre l’aventure ! En outre, nous avons conservé le même conducteur de chantier dans le cadre des deux derniers projets. Un vrai plus. Nous connaissions sa façon de travailler, et il savait quel était notre degré d’exigence.

2. Avez-vous comparé TP avec d’autres entreprises ?
Oui, nous avons notamment fait appel à une firme luxembourgeoise, mais elle était beaucoup plus chère. Finalement, pour être totalement sûrs de notre choix, nous nous sommes adressés à l’Union Luxembourgeoise des Consommateurs (ULC), et plus précisément au juriste spécialisé dans les litiges en matière de bâtiments. Nous voulions savoir quel était son avis sur Thomas & Piron. Or, il s’est montré on ne peut plus rassurant : « Cette firme n’est jamais en litige, car elle trouve toujours une solution à l’amiable. Et si problèmes il y a, elle n’hésite pas à mettre un maximum de moyens en oeuvre afin de les régler. Il n’en fallait pas plus pour nous convaincre ! ».

3. Pour vous, quelles sont les qualités de TP Rénovation ?
Le fait de s’adapter à toutes les demandes, même les plus pointues. En effet, la firme se donne les moyens d’évoluer en fonction des exigences de ses clients. Le savoir-faire des corps de métier est également épatant. Nous avons été particulièrement satisfaits des chauffagistes, des peintres, et des maçons… Et puis, ils sont vraiment sympas ! Ma soeur qui a derniè rement réalisé des travaux à Paris, n’en revenait pas de leur gentillesse par rapport aux Parisiens !

4. Avez-vous été confronté à certaines difficultés urbanistiques ?
Oui, nous avons du remettre au moins trois ou quatre avant-projets à l’administration avant de voir notre requête acceptée. Au Luxembourg, il faut savoir qu’il existe un coefficient d’occupation des sols. Cela signifie que le bâti ne peut excéder un certain pourcentage du terrain total. Or, dans notre cas, nous le dépassions allègrement, car il s’agissait d’un ancien bâtiment… Le projet a fini par être accepté, mais cela aurait été impossible dans le cadre d’une nouvelle construction…

5. Quels conseils donneriez-vous à de jeunes candidats-constructeurs ?
Nous leur dirions de prévoir un maximum de choses au départ. Et de ne surtout pas se dire « on verra bien par la suite ». En effet, quand on arrive à la fin du chantier, on n’a plus forcément de budget disponible, et on n’a souvent plus le courage de faire réaliser des devis. Il faut aller jusqu’au bout du projet, dès le début, quitte à annuler certains postes en fin de parcours.

6. Rénoveriez-vous à nouveau avec Thomas & Piron ?
Oui, tout à fait ! D’ailleurs, si nous rénovons une quatrième fois, nous ne manquerons pas de les rappeler…

mardi 24 mars 2015

Thomas & Piron, La Force d'un Team